Les rêveries d’un promeneur solitaire, dans les rues de Lisbonne ( tome I )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je dis :  » Lisbonne  »
Quand j’arrive du sud et traverse le fleuve.
Et la ville s’ouvre comme si elle naissait à son propre nom,
Elle s’ouvre et se dresse dans son étendue nocturne,
Dans son long scintillement d’azur et de fleuve,
Dans son corps amoncelé de collines.
Lisbonne avec son nom d’être et de non-être,
Avec ses méandres de merveille insomnie et ferraille,
Et son éclat secret de choses théâtrale.
Son sourire complice de masque et d’intrigue.
Tandis qu’à l’occident la vaste mer s’élargit
Lisbonne oscillante comme une grande barque
lisbonne cruellement bâtie autour de sa propre absence.

Sophia de Mello Breyner

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A suivre…