Sur la falaise

Je suis sur la falaise, depuis si longtemps, que j’y pourrais prendre racines.

Je ne veux plus passer mon temps à y scruter l’Horizon.

Mes yeux sont las  de guetter, personne ne viendra plus.

Cependant, ma tristesse, à moi, n’est pas infinie.

Car la mer, le soleil, et les belles couleurs suffisent parfois à étancher certaine soif.

Ma solitude, s’en trouve nourrie.

C’est comme une sève, ou un baume.

Oui je suis seul et je n’attends rien, mais surtout je suis libre.

Si parfaitement libre.

Que parfois, je me pose là, juste pour admirer la Beauté.

Quoi?

Mon bonheur ne serait qu’imparfait?

Qu’importe?

C’est du bonheur quand même. 🙂

Mes os, ma chair, mon cerveau, mon corps, enfin tout entier, m’appartiennent.

A moi seul.

Je suis bien celui qui décide, si je peux ou non, respirer.