Silence intérieur

Quand la chaleur accable.

J’ai l’humeur d’un lézard.

Ma pratique du dessin devient plus méditative.

Je suis alors plus observateur que créateur.

Le sujet de ma peinture est accessoire.

Je laisse aller mes pensées.

Je ne me concentre plus que sur ce besoin de couleur qui devient l’objet de ma méditation.

Et si toujours la musique m’accompagne, en moi se répand le silence.

Silence intérieur

techniques mixtes sur papier ( 50 cm X 32,5 cm )