Ombrageux

La musique de Vangélis, au cinéma, c’était le souffle épique, un transport d’émotion qui ajoutait à la grandeur du spectacle, cela va sûrement nous manquer.

« Adieu donc mon Ami!

Adieu mon bel ombrageux!

Tu succombes, ici, à tes glorieuses blessures, si loin de notre terre natale.

Tu m’auras porté jusqu’aux confins du monde connu.

Ta mort met un terme à mes conquêtes, dès demain je rebrousse chemin.

Bien qu’ayant peur de ton ombre, tu étais dans la bataille, face au soleil, d’une vaillance inégalée.

La puissance de tes assauts, conjuguée à mon audace, nous ont donné tant de victoires.

Désormais on dira pour l’éternité: Alexandre et Bucéphale.

Pour ce cheval de roi je veux le plus fastueux des tombeaux.

Et aussi, j’ordonne que l’on bâtisse à la gloire de mon fabuleux coursier, une ville.

On l’appellera Bucéphalia. »

Voilà ce qu’aurait pu dire Alexandre Le Grand ce jour de 326 avant JC.

Le tombeau de Bucéphale

Techniques mixtes sur papier ( 50 cm X 32,5 cm )