J’ai descendu dans mon jardin

Vois! C’est un jour de plus, mais un jour différent . Tu n’as rien à faire, seulement y croire, et juste respirer, allez respire!

Duvets rouges posés sur la mer de blé vert.

Il faut s’approcher de leurs conques incandescentes.

Et aussi tendre l’oreille.

A l’intérieur la lumière qui les transperce invente des vitraux passionnés avec leurs veines.

Leur babil, follement amoureux, vient les briser ( Ah, les inconscients! ) les uns contre les autres.

Ils nous disent, malgré tout, dansant, dans leur jolie langue de…coquillage, la Beauté et sa fragilité.

Allons, gentils coquelicots, il vous faut vous calmer illico.

Vous dites  » froissements légers « . Mais moi j’entends vos feulements de désir.

Ils pourraient, tantôt, empêcher les rêves de la Belle de prospérer.

Voyez, là, ils fleurissent par dizaines.

Son souffle à Elle est lent, au rythme du vent qui berce aussi les feuillages scintillants.

Vous ne devez que l’adorer.

En silence.

La Dame aux coquelicots

Huile sur toile ( 90 cm X 70 cm )