Une Odyssée

2/7/12

Elle écoutait en boucle:  » Ainsi parlait Zarathoustra « .

Les patiences qu’elle n’achevait plus, n’étaient que du temps perdu.

Elle caressait encore, machinalement, de temps en temps, le pelage soyeux de sa chatte virtuelle, Madeleine, son ultime pense-bête.

Ainsi, elle passait le temps, de trou de mémoire en impression de déjà-vu, sans crainte d’oubli car ses souvenirs étaient maintenant totalement externalisés, grâce à Hal l’ordinateur de bord.

Et quand le Swan, vaisseau spatial explorateur du temps de la dernière génération, bascula dans le trou noir d’Aldébaran, comme la dernière goutte d’une clepsydre, son unique passagère, Albertine, souriait d’aise.

Elle prononça ces mots:

 » Enfin, l’infini… »

A la recherche…

( techniques mixtes sur papier)