Où subsiste encore ton écho

C’est l’heure où les oiseaux s’éveillent.

J’écoute un moment, dans le noir, leur joyeux concert.

Un jour nouveau commence, en trompe-l’oeil.

Je me lève enfin, fourbu.

J’ouvre, en grand, ma fenêtre.

Là, dans la lumière naissante, subsiste encore ton image.

C’est comme un écho de ton visage.

A la fois si proche et si lointain.

Du jardin qui retrouve peu à peu ses couleurs,

Monte alors jusqu’à moi, ce froid parfum d’hiver.

Cependant,

La Vie est là, bel et bien.

Oui, belle et bien.

Ton écho
Technique mixte sur papier
50cm X 65cm