Amants maudits

Il a plu sur Marseille, une bonne partie de la journée.

Un temps à rester chez soi, à peindre et à écouter Nina.

Forcément ça fout un peu le blues, mais c’est si beau…Nina.

Alors qu’ils échangeaient un baiser, peut-être même le premier, ces amants furent surpris par le mari de la jeune femme. Celui-ci fou de jalousie, les poignarda illico. Dante, dans  » La divine comédie », expédie ces amoureux en Enfer, là les âmes luxurieuses sont condamnées à être perpétuellement emportées par un tourbillon. Pauvre Francesca, pauvre Paolo… 😉

Dans le tourbillon
Techniques mixtes sur papier