La meilleure façon de penser

Croire que ce que l’on pense est toujours parfaitement pensé est une pure bêtise. Nous en convenons. Mais pourtant la plupart d’entre nous, j’en suis sûr, 🙂 en ont l’intime conviction. Quoique parfois, avec une certaine volonté, nous nous en défendions. Oui, en référence à une éthique, une quasi règle de vie, à une Morale quoi! « S’essayer, quoi qu’il advienne, à chaque fois qu’on en a l’occasion, ( c’est à dire à chaque fois que l’on est contrarié. ) à accepter un autre avis que le sien propre. » Vous savez à quel point cela peut-être couteux. Car enfin, cette réticence à être convaincu, peut aussi s’expliquer. Avant d’être déniaisé, par quelqu’un de plus sagace que soi, on avait mis parfois un temps assez long, avant de se faire une idée plus précise, de ce qu’il fallait penser sur le sujet. Oui, tout cela est bien normal. Et puis, passé un certain âge, cette flexibilité qui consiste à adhérer aux idées des autres, lorsqu’elles paraissent contraires aux vôtres, s’amoindrit. Voire, disparaît… Ce billet est bien abscons, me direz-vous, ou pas? C’est qu’en fait, je fus titillé récemment, à la lecture d’un blog, sur, le sens de l’absence de sens, et j’en suis arrivé  à penser que j’aime bien une expression Anglaise qui parle de  » non-sens ». Dans cette époque plombée, la légèreté de ton est indispensable. La dérision est une posture de survie pour combattre l’agression de la laideur.

Eclipse sable collé sur papier noir