Never mind

Par chez moi, la forêt est fragile. Les incendies, souvent attisés par le Mistral, peuvent laisser des cicatrices indélébiles. Depuis début septembre, l’accès aux massifs forestiers, est à nouveau autorisé après deux mois d’interdiction. Cependant il faut encore être vigilant.
Je suis heureux de retrouver l’odeur des pins en même temps que le chant des dernières cigales.
By the way…j’ai eu cinquante huit ans le trois, forcément ça laisse aussi des traces. Never mind.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA