La leçon

L’été bat son plein.

Je continue à me nourrir de soleil, de mer, du chant des cigales…Mais je n’oublie pas d’étudier. On ne se refait pas.

Juillet m’a offert son lot de découvertes, dans l’action. Août est plus méditatif, et je réfléchis sur ce que j’ai d’ores et déjà engrangé. La vie est si généreuse avec moi.

Bientôt je reprendrai mon bâton de marche et je retrouverai ma Montagne. Mais avant cela il me faut faire quelques devoirs de vacances.

Aujourd’hui je prends ma leçon avec un grand Maître, Renoir.

 » Ah! Ce téton, est-ce assez doux et lourd! Le joli pli qui est dessous avec ce ton doré! C’est à se mettre à genoux devant.

D’abord, s’il n’y avait pas eu de tétons, je crois que je n’aurais jamais fait de figures. »

« Son idéal féminin reste celui d’un corps solide aux formes pleines, mélange à la fois de jeunesse, de robustesse et de grâce, selon une vision où se retrouve l’écho des nymphes de Boucher, copiées et recopiées durant ses années de peinture sur porcelaine, de Rubens et de Titien, admiré à Venise. De Praxitèle à Manet en passant par Ingres, ses nus portent la marque de ses grands prédécesseurs.  »

Julia Hountou

Encre et fusain

D’après Renoir

Femme s’essuyant la jambe droite vers1910

Museu de Arte de Sao Paulo assis Chateaubriand

Exposé à la fondation Gianadda, jusqu’au 23 novembre 2014