L’étoffe des héros

Il est deux heures du matin à ma montre, et je ne sais plus très bien l’heure qu’il est ici.

Je suis en transit à Taipei, encore pour deux heures.

J’erre dans la zone internationale, il faut que je rétablisse la circulation sanguine dans mes jambes avant mon prochain vol qui durera onze heures.

J’en profite pour photographier l’étoffe des héros.

Ce sont les seuls clichés que je ramènerai de Taiwan.