Nature morte

Ce matin, Chikita, mon adorable fauve d’intérieur, m’a offert ce cadeau.

Une pauvre mésange à tête noire, sur le tapis rouge du salon.

Je la déteste, quand elle fait ça.

Prédatrice!

J’ai ramassé le cadavre encore chaud, avant que la meurtrière ne le dépèce.

Morbide à l’extrême, je l’ai photographié, avec l’idée de le magnifier, avant de le mettre à la poubelle.

La mort est chose naturelle, on l’oublie si facilement.

Nature morte de Jean-Baptiste Oudry