Tartines de liberté

Ouf! j’ai mis mon plus vieux t-shirt, celui qui a plein de trous sous les bras.
C’est le plus vieux, mais c’est aussi le plus doux.
Un peu comme un doudou.
Si je m’endors avec, tout à l’heure, ce n’est pas grave.
Ce soir, je dépose les armes.
Je suis fatigué.
Que les Temps sont durs!
Mais enfin, je croque la carotte au bout du bâton.
Quelques jours, à grignoter, en tartines de Liberté.
Souffler!