Aux tisons.

Prendre l’air…du temps.
Les trilles joyeuses des oiseaux affamés d’amour, emplissent le silence que la neige fraîche a feutré.
L’air est doux et humide. Le soleil tente de démontrer sa vaillance dans un combat Homérique qui l’oppose à la brume dense qui monte de la vallée.
la Paix remplit son office.
Sur le balcon, les pieds sur la table, un carnet sur les genoux, je gribouille maladroitement.
Autour, quasi rien ne bouge.
Je suce mon crayon, quand en suspens, mon cerveau au ralenti, daigne me souffler quelques mots, ou quelques traits.
J’ai sûrement l’air béat , presqu’idiot. 🙂
De fourbu et triste que j’étais quand je suis arrivé, je suis passé, en trois jours seulement, à l’état d’homme détendu et serein.
La Famille, les Amis, la Montagne, le Sport, le Rire, et la Musique…Quelle chance!
J’ai l’humeur d’un lézard.
Les yeux clos derrière mes verres fumés, je renverse la tête et me laisse aller à rêver.