Ma vie d’artiste

Les feuilles en partance, sont encore amarrées. 🙂
Mais cet écho marin?… C’est leur chahut d’adieu!
Car le vent, si puissant, dans les cîmes bruissantes,
Fait gémir la ramure, qui s’affole, haletante.

J’entends aussi, des cieux, la plainte languissante.
Dès midi, c’est le soir, un jour à petit feu.
Cette lumière pâmée, des journées mordorées.
L’éclat du ciel décroît, en agonie dorée.

Allez viens! Tu sais je crois toujours qu’on peut voler.
Prenons un peu de hauteur, veux-tu?

Il paraît bien fragile.
Il met du temps à se redresser.
Mais il tient debout.
Et s’accroche, finalement.







J’ai quelque chose pour le bal des sorciers.
Un peu de salsepareille, bien sûr!

Abracadabra!

Et puis nom de Dieu!
Faîtes l’Amour, pas la guerre.