Les enfants de L’Automne

Trois personnages:
Elle, Lui et le Vent.
La lumière décline.
Blottis l’un contre l’autre, ils ne forment qu’un seul corps. 🙂

Elle:
-Au chaud, là, tout contre ta peau, au creux de ta poitrine, je n’ai pas peur de la tempête.
Tes bras m’enlacent si fort!
Ton corps est un rempart.
J’ai confiance.
Alors, je m’agrippe à toi, comme un coquillage à son rocher.
Comme une barque est attachée à son ancre.
Tu es mon Amour.

Lui:
-Oh Dieux! Je ne vous crains plus!
Faîtes donc souffler le vent glacé, autant qu’il vous plaira!
Et reprenez aussi la lumière du jour, si cela vous chante!
Elle a confiance en moi…M’entendez-vous?
Car oui, elle est ma Force, mon Amour.

Le Vent:

– Mais ne voyez-vous pas, que je ne fais que vous caresser?
Et que si je joue à emmêler vos chevelures, c’est pour vous dire ma tendresse.
Je ne suis que le vent d’Automne, pas la bise hivernale.
Moi, je suis tiède, câlin, et roux.
Il ne faut pas avoir peur de moi.
Et vous êtes si beaux, si jeunes, si fiers.
Comme un frère et une soeur, je vous prends, tous les deux, pour enfants.
Mes petits amants de l’Automne.
Je vous aime.

 » Quand je dessine, j’écris.
et quand j’écris, je dessine. »
Jean Cocteau

NDLR: Avec la complicité de quelques musées Chinois.J’ai retrouvé mes photos de Chine sur une vieille clé usb, je croyais les avoir perdues avec feu mon vieil ordi! 🙂

A la semaine prochaine.