En attendant l’Automne

Je vis dans un platane.
A travers sa ramure, je devine le ciel gris-perle.
Si les feuilles exsangues, font ce bruit de papier qu’on froisse,
c’est que  » Petit Mistral, deviendra grand.  »
La nuit sera donc fraîche.
Je vais pouvoir m’enfouir avec délice sous la couette, devenue enfin, légère.
Je laisserai la fenêtre ouverte pour écouter le ballet du vent qui dansera déjà avec quelques feuilles qu’il aura su convaincre.
Ah! Les imprudentes.
Et je rêverai de mes chers mélèzes qui bientôt, flamberont.
Oui, de l’été à l’hiver, le bel Automne et ses couleurs.
Juste avant le grand festin de Blanc.