Desdémone

La Montagne a mis d’autres habits de fête.
C’est à des noces qu’elle nous convie aujourd’hui.

Ici et là, flottent des voiles nuptiaux.
Et partout dans les vallées, vibre le chant de l’eau.

De pâles et légères cascades épousent de noirs rochers.

Comme elles aiment leur peau rugueuse.
Et comme ils se dorlotent.

Et ça chuinte, et ça glousse, et ça tambourine, et ça gronde d’un incessant plaisir.

Si blanches et frêles, les belles chutent avec élégance.

Elles caressent de leurs doigts frais,si fins, les pointes acérées des pierres sombres,qu’elles font luire de bonheur.Les habillant d’écume.

Et c’est dans le jeu de ce mariage tout neuf.
Au coeur de ces ébats.
Qu’on voit la vie qui mousse.

Epilobe. 🙂