Déesses de l’Amour

Charmantes naïades.
Filles de l’Aphrodite des antiques Cyclades.
Votre lumière de pollen doré enchante les vents salés.
Belles enfants d’écume,couronnées de soleil.
Vous êtes le coquillage poli,en cadeau dans votre main gracile.
Et aussi ce rire si bleu.
Qui danse sur la vague.
Et qu’un génie marin englouti fait tinter.
Déesses de l’Amour.
Vos corps d’algues fluides,
Si doucement bercés,
Jamais ne fatiguent,
Aux ressacs profonds des marées abyssales.
Vos caresses sont velours et vos bouches,corail.